Les faits remontent du dimanche 11 novembre dans la capitale Suisse. Après l’élection de Martin Fayulu, le leader de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) affirme, devant la presse, qu’il soutiendra ce dernier, promettant même de “convaincre” son parti. “S’ils veulent le changement, cela passe par Martin Fayulu”, avait-il dit.

Le lendemain, le fils d’Etienne Tshisekedi reviendra spectaculairement sur ses propres dires, et même sa signature, annonçant son retrait. “Je reconnais mon erreur et je crois que même si on est leader d’un grand parti surtout comme celui que je préside, on reste quand même humain“, explique Félix Tshisekedi dans un vidéo diffusée sur internet depuis le samedi.

Le leader de l’UDPS reconnaît avoir “flanché” et demande qu’il soit soutenu “par la prière”. “L’erreur étant humaine, je reconnais mon erreur. Je l’ai commise je ne sais pas pourquoi, pourtant j’étais vraiment parti jusqu’au bout pour défendre mon parti J’ai flanché en dernière, le dernier jour; peut-être fatigué par toutes ces heures de discussions et de débat”, dit-il.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like

Proche de Moïse Katumbi,  Sam Bokolombe appelle au report des élections

Dans une publication sur son compte Facebook, le chargé de la vulgarisation du programme de Moïse Katumbi, Sam Bokolombe appelle à un report des élections prévues le 23 décembre. 

Engouement de multinationales dans le secteur minier, le manque à gagner pour la Gécamines et la RDC estimé à 4,9 milliards de dollars en dix ans

La Gécamines, entreprise commerciale de droit privé, acteur de premier plan du secteur minier en République Démocratique du Congo, a rendu public ce mercredi 28 novembre 2018, à l’occasion d’une conférence de presse internationale organisée à Kinshasa, un rapport intitulé : « La vérité sur les mensonges des ONG en République Démocratique du Congo – Ou comment sous couvert de morale, on voudrait priver le pays de sa souveraineté sur ses matières premières ».

Kabila dézingue les Belges!

Alors qu’il doit normalement quitter le pouvoir à l’issue des élections du 23 décembre, Joseph Kabila a choisi son moment pour remettre les pendules en l’air du côté de l’ancienne puissance coloniale. 

Tryphon Kin-kiey rallie Félix Tshisekedi

Le fondateur de Kabila-Désir retire sa candidature au profit de Félix Tshisekedi, annoncent des sources concordantes à POLITICO.CD.