C’est l’un des plus étranges ralliement sur la scène politique congolaise. Il y a quelques jours, Tryphon Kin-kiey Mulumba annonçait pourtant hésiter entre continuer sa campagne ou soutenir “son frère” de Masinanmba, Martin Fayulu. Mais le fondateur de Kabila-Désir va finalement retirer sa candidature au profit de Félix Tshisekedi, leader de l’UDPS.

« Je suis face à un dilemme de savoir si je dois battre campagne ou soutenir mon frère de Masimanimba Martin Fayulu», disait Kin-kiey le 26 novembre. Le 23 septembre dernier, cet élu national promettait pourtant de « poursuivre l’œuvre du président Joseph Kabila » qui, selon lui, « est une victime ».

« Le Président Kabila a réalisé une œuvre pas parfaite, mais mérite d’être poursuivi. Je m’inscris dans la continuité et l’intensification de l’œuvre politique. Il me parait important de garder le cap et surtout d’intensifier la reconstruction de notre pays », confiait-il à POLITICO.CD.

Aux côtés de Félix Tshiskedi, il y rejoint un autre ancien Kabiliste, Vital Kamerhe qui a signé un accord avec l’UDPS, formant l’un des plus grandes coalitions politiques au pays.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like

Proche de Moïse Katumbi,  Sam Bokolombe appelle au report des élections

Dans une publication sur son compte Facebook, le chargé de la vulgarisation du programme de Moïse Katumbi, Sam Bokolombe appelle à un report des élections prévues le 23 décembre. 

Kabila dézingue les Belges!

Alors qu’il doit normalement quitter le pouvoir à l’issue des élections du 23 décembre, Joseph Kabila a choisi son moment pour remettre les pendules en l’air du côté de l’ancienne puissance coloniale. 

La RDC a pris “toutes les dispositions” pour sécuriser les installations américaines

Des autorités américaines ont communiqué des nouvelles informations à leurs homologues congolais sur la menace terroriste contre leurs installations à Kinshasa.

“L’Etat est complètement privatisé et la gouvernance du pays, totalement à l’abandon”

Dans un appel lu devant la presse ce vendredi à Kinshasa, les Catholiques congolais dénonce la situation du pays à quelques semaines des élections prévues le 23 décembre.