Les américains attendent toujours leurs terroristes“, lâche un internaute dans une forme d’humour qui s’est répandue depuis le mercredi soir, au troisième jour de cette situation exceptionnelle à Kinshasa. Pour autant, les Etats-Unis ne changent pas leur position. Dans un communiqué identique, l’Ambassade américaine dans la capitale annonce à nouveau la fermeture de ses installations ce vendredi.

Léger retard de 4 jours pour l’attaque terroriste prévue contre l’Amérique à Kinshasa. L’ambassade US patientera ce jeudi à nouveau. Les terroristes sont priés d’accélérer le mouvement. On a pas que ça à faire svp!” lance même Litsani Choukran, éditorialiste et fondateur de POLITICO.CD via son compte twitter.

Comme lui, beaucoup à Kinshasa commencent à s’agacer de cette situation qui tombe en pleine période électorale. Par ailleurs, le silence radio des Etats-Unis sur la nature de la menace pousse à la colère, notamment du côté des autorités congolaises, qui accusent Washington de chercher à créer la psychose à Kinshasa.

Lambert Mende, ministre congolais de la Communication et des médias, a dénoncé la situation dans une intervention mardi auprès de nos confrères de l’AFP. “Vous devez vous méfier des informations émanant de personnes qui souhaitent faire naître une peur et une incertitude inutiles parmi les Congolais quelques jours avant les élections“.

Pour le porte-parole du gouvernement, les communiqué de l’Ambassade américaine visent à déstabiliser le processus électoral. “Maintenant que la tenue de trois élections le 23 décembre 2018 est une certitude, ceux qui n’ont aucun contrôle sur le processus électoral en RDC tentent de distraire les Congolais“, a dénoncé M. Mende.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like

Proche de Moïse Katumbi,  Sam Bokolombe appelle au report des élections

Dans une publication sur son compte Facebook, le chargé de la vulgarisation du programme de Moïse Katumbi, Sam Bokolombe appelle à un report des élections prévues le 23 décembre. 

Kabila dézingue les Belges!

Alors qu’il doit normalement quitter le pouvoir à l’issue des élections du 23 décembre, Joseph Kabila a choisi son moment pour remettre les pendules en l’air du côté de l’ancienne puissance coloniale. 

La RDC a pris “toutes les dispositions” pour sécuriser les installations américaines

Des autorités américaines ont communiqué des nouvelles informations à leurs homologues congolais sur la menace terroriste contre leurs installations à Kinshasa.

“L’Etat est complètement privatisé et la gouvernance du pays, totalement à l’abandon”

Dans un appel lu devant la presse ce vendredi à Kinshasa, les Catholiques congolais dénonce la situation du pays à quelques semaines des élections prévues le 23 décembre.